News

[Presse] Emond vers la sortie

1 Comment 📁 Actualité, Presse 🕔16.novembre 2016
[Presse] Emond vers la sortie

La Meuse

Emond vers la sortie

Le président ne devrait pas briguer un troisième mandat à la tête de l’Excelsior Virton

Officiellement président de l’Excelsior Virton depuis décembre 2010, Philippe Emond arrivera le mois prochain au terme de son 2e mandat à la tête du club. Dans les prochaines heures, il devrait annoncer officiellement qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession. Une nouvelle qui risque fort de secouer tout le club.

Le futur de Virton se conjuguera sans doute sans Philippe Emond. Le président devrait en effet annoncer dans les prochaines heures son intention de ne pas briguer un troisième mandat à la tête du club. Il aurait déjà d’ailleurs fait part de sa décision au conseil d’administration. Alors que la situation du club semble plutôt bonne, on peut se demander ce qui pourrait le pousser à faire un pas de côté. Les facteurs sont multiples selon nous. Il y a d’une part ses récents ennuis de santé qui le poussent à lever quelque peu le pied. Mais il y a certainement aussi une certaine lassitude qui s’est installée à force de toujours devoir se battre pour faire entendre sa voix. Tout d’abord auprès d’un football belge qui, à coup de réformes, tente de décourager les petits clubs voulant se faire un nom. Et, ensuite, auprès de pouvoirs politiques qui sont de plus en plus réticents à l’idée de voir grandir l’Excelsior. Sans oublier ses activités professionnelles qui lui prennent énormément de temps. Comme en 2006 lorsque José Allard a décidé de se retirer, on est en droit de se demander si Virton peut encore nourrir des ambitions de professionnalisme sans Philippe Emond à la barre. Si la question est légitime, il faut reconnaître que le citoyen de Saint-Léger laissera en cas de départ un club dans un meilleur état qu’il n’était il y a maintenant dix ans. En plus d’avoir une équipe au top, Virton est très bien structuré et peut s’appuyer sur une école de jeunes reconnue dans le pays ainsi que sur une équipe dirigeante qui fait du très bon travail. Reste à voir qui pourrait maintenant s’ériger en candidat à sa succession. Un membre actuel du club ? Un candidat extérieur ? Voire un investisseur étranger comme c’est actuellement la mode dans le football ? La réponse ne tardera pas à tomber puisque le mandat du président arrive à échéance en décembre. Maintenant, quoi qu’il arrive, Philippe Emond restera dans le giron du club comme sponsor.

STÉPHANE MARCHESANI

Un titre de champion, Meunier, Defays,…

L’histoire d’amour entre Philippe Emond et l’Excel avait débuté dans les années 80 lorsqu’il était encore joueur. Il a porté sept années durant la tunique de l’Excel dont quatre en Promotion. C’est ensuite dans les sphères dirigeantes du club qu’il s’est fait un nom. Sponsor d’abord, il est ensuite entré au comité exécutif du club en août 2001 alors que José Allard était toujours le président. Il n’y restera toutefois pas très longtemps puisqu’à la fin de la saison 2001-2002, il remet sa démission au président Allard suite à des divergences de vues entre les deux hommes. S’il est toujours resté un fervent supporter du club, il a fallu attendre mars 2007 avant de le voir faire son grand retour avec une entrée au conseil d’administration sous la présidence de Gérard Herbigniaux. En 2010, lorsque les affaires de ce dernier le poussent à s’éloigner de plus en plus de la Gaume, Philippe Emond accepte dans un premier temps de reprendre le poste de président sur procuration de Gérard Herbigniaux. Ce n’est qu’un mois plus tard, en décembre 2010, qu’il est officiellement élu président pour une première période de trois ans. Si son prédécesseur a vu l’Excel redescendre en D3, il a tout de même fameusement redressé la barre sur le plan financier. De son côté, Philippe Emond a continué d’améliorer la situation du club tant financièrement que sportivement. En effet, sous sa présidence, l’Excel a pu fêter un second titre de champion de Division 3 (le 01/05/ 2013 suite à un succès 1-0 contre Diegem) et de nombreux joueurs se sont révélés sous le maillot virtonais. Le plus bel exemple étant bien évidemment celui de Thomas Meunier qui est aujourd’hui un joueur du PSG et un titulaire indiscutable chez les Diables de Roberto Martinez. Sans oublier son fiston, Renaud, qui porte actuellement les couleurs du Standard. Philippe Emond a également osé donner sa chance il y a six ans à un jeune entraîneur inexpérimenté, Frank Defays. Un pari plus que réussi par l’homme d’affaires gaumais.

S.M.

Bico et le staff anversois ont été virés ce lundi

Deuxième chance pour Defays à l’Antwerp ?

Un mois après son arrivée, John Bico n’est déjà plus le manager sportif de l’Antwerp. Il a en effet été démis de ses fonctions ce lundi. Juste avant sa venue au club, le nom de Frank Defays avait été cité pour succéder à Fred Vanderbiest, viré. L’entraîneur de Virton était d’ailleurs la cible numéro 1 des Anversois. Mais l’arrivée de Bico avait changé la donne et David Gevaert avait été nommé comme T1. Ce dernier a pourtant décidé de quitter le club la semaine passée. Pour le remplacer, Bico avait fait appel au duo Sadio Demba- Jeffrey Rentmeister. Ces deux derniers ont également été remerciés hier.

L’Antwerp est donc à la recherche d’un nouvel entraîneur. De quoi relancer la piste Frank Defays ? A l’époque, le Namurois avait déclaré qu’un tel challenge pourrait l’intéresser. Pour sa part, le club de Virton avait promis de ne pas mettre de bâton dans les roues de son entraîneur en cas de challenge intéressant à un niveau supérieur. Le matricule 1 a terminé 3e de la première tranche en D1B et a débuté la seconde par un partage contre le Cercle de Bruges. Un début de saison décevant donc pour un club qui ambitionne depuis de nombreuses années de retrouver la D1.

F.G.

Express

Knis à Hostert ?

> Trois matches pour Dupuis. Exclu lors du « topper » à Dessel en toute fin de match pour avoir donné un léger coup de genou dans les parties de Janssens, Simon Dupuis s’est vu proposer trois matches de suspension. Le capi de Virton a décidé de faire appel, il sera donc accompagné de Stephan Georges ce mercredi à la maison de verre pour se défendre.

> Seraing sans coach. Une semaine après le limogeage de Christophe Grégoire à Sprimont, c’est Seraing, le futur adversaire de Virton ce samedi qui n’a plus d’entraîneur. En effet, José Jeunechamps n’a pas survécu à la défaite 0-1 ce week-end contre Spirmont. Les Métallos qui ambitionnaient le monde pro sont actuellement 12e avec seulement dix points.

> Knis en test à Hostert. L’ancien attaquant de l’Excel, Yassine Knis, sans club depuis son départ de Gaume au terme de la saison passée, est peut-être en passe de trouver un nouveau point de chute. En effet, l’avant francotunisien est actuellement en test du côté d’Hostert, un club de Promotion d’Honneur luxembourgeois.-

Similar Articles

1 Comments

  1. 🕔 19:09, 16.novembre 2016

    SamuelB

    J’comprends pas bien qu’un Yassine Knis aille « s’enterrer » en Promotion d’honneur luxembourgeoise!!! Il était pourtant tout bon en équipe Espoirs (un De Almeida, par exemple, avait obtenu quand même plus de temps de jeu que lui en équipe 1ère)…Bizarre!

    reply comment

Write a Comment

Laisser un commentaire