News

[So Lexcel] Le charisme à l’état pur…

1 Comment 📁 Actualité, So Lexcel 🕔01.septembre 2015
[So Lexcel] Le charisme à l’état pur…

Le charisme à l’état pur

So Lexcel, 2.0…

On est repartis pour une série de 10 où je voudrais être plus incisif, plus impertinent encore… A l’heure qu’il est, je suis à la recherche de ma 2e cible… Cela ne devrait pas trop me poser de problème. On commence ici avec un très chouette joueur, un battant, un gars hyper-sympa qui a marqué bien des esprits à Virton. Je vous laisse en compagnie d’Abdel El Abar !

Abdel El Abar est né en 1969. Il arrive à Virton un peu grâce à Rachid Belhout. En effet, Abdel jouait alors à Tilleur et le club à l’époque fusionnait avec Liège. Cette fusion laissait beaucoup de joueurs sur le flan. Alors qu’il allait signer à Namur, Rachid Belhout le contacta et le fit venir chez les verts.
Abdel, c’est l’équipier modèle. Le joueur avec lequel on ne peut que s’entendre : clubman, gentleman, il resta à Virton 8 saisons : 192 matchs ! Il était un pur milieu de terrain récupérateur, un peu comme un métronome, il distribuait et créait le jeu au milieu. Il pouvait également jouer comme défenseur.

A 34 ans, il part au FC Bleid durant 4 années, puis à Bastogne, alors en 1e provinciale. En 2009/2010, il prend la tête de l’équipe de Meix-Dvt-Virton et devient donc entraîneur…

Après tout ça Abdel, tu as fait quoi ?

Elabar Meix devant VirtonIl faut dire que j’ai d’abord été joueur à Meix avec Philippe Guérard mais quand Philippe a fait le tour de la question à Meix, j’ai décidé de reprendre le poste. J’ai donc repris l’équipe, car j’avais déjà mon UEFA-B en poche et je suis devenu l’entraîneur durant 2 ans. Ensuite, je suis parti à Vaux-Noville car à Meix je ne pouvais pas apporter plus. A Vaux-Noville, tout ne s’est pas passé comme je le voulais et j’ai décidé après un an d’arrêter. Il me fut très difficile de me remettre de cet échec car je suis quelqu’un de sensible.

J’ai ensuite rebondi à Ochamps. C’est Thierry Jourdan qui m’a fait venir à l’époque. Thierry Jourdan est parti lui à Longlier où je suis arrivé un an après pour m’occuper l’équipe B. Cela me permettait aussi d’être plus présent près de mon fils qui joue à Longlier.

Si mes infos sont bonnes, tu as vécu à Droixhe. Droixhe, c’est un peu le Chicago liégeois. Tu faisais partie de quel clan à l’époque ?

Je n’habitais pas vraiment Droixhe, hein, j’étais à côté de Droixhe (rires). Cela m’a permis de réfléchir et de ne pas faire partie d’un clan (rires). J’y ai vécu de belles années, là-bas. Tu sais, à l’époque, c’était une cité occupée seulement par des cadres moyens. Il y avait une vie culturelle très poussée. Malheureusement, la politique de logement n’était pas bonne et cette classe moyenne payait trop cher. Le politique a donc décidé d’ouvrir la cité à une population beaucoup plus pauvre. Un déséquilibre s’est donc créé, un ghetto « social » est né. La mixité sociale voulue par le politique n’a donc pas abouti. La classe moyenne a donc décidé d’aller ailleurs, pour payer les loyers moins cher.

Donc, si je comprends bien, tu n’as jamais brûlé des bagnoles ?

Non, je ne pense pas…(rires)

FOOT VIRTON fete des 10 ans (11-06-2011) DOC JPL Jean-Pierre LAURENT *protected email*  0495-50.67.96 Photo non libre de droits

Tu n’as jamais cassé du flic non plus ?

Non moi non… Par contre, je pense qu’il y a certains médias qui adoraient mettre de l’huile sur le feu, effectivement.

Le foot a été un moyen pour toi de te sortir de cette vie ou c’était juste une passion qui est devenue presque un job ?

C’est d’abord une grande passion ! Moi, quand j’étais petit je jouais à Jupille où on se lavait dans des bassines d’eau, on jouait dans la gadoue. On devait faire très attention car parfois, des petits malins renversaient les bassines et on en n’avait plus ! C’était vraiment un club familial avec un entraîneur qui ne connaissait rien au foot mais qui donnait tout ce qu’il pouvait.

Mon rêve de gamin était donc de jouer sur un terrain avec une pelouse nickel. Malheureusement, cela ne s’est jamais fait car tous les terrains que j’ai connus, c’était gadoue, gadoue et gadoue. (rires)

Abdel Elabar 02Quelle relation as-tu tissée avec Rachid Belhout ?

Rachid, j’ai appris à le connaître quand il m’a fait venir à Virton. C’était un homme passionné par ce qu’il faisait, qui faisait aussi tout son possible pour que ça fonctionne mais évidemment, quand on est entraîneur, on fait toujours des déçus. Il avait aussi une grosse pression sur ses épaules et j’étais triste qu’il ne fasse qu’une saison à Virton. J’aurais tout fait pour cet entraîneur car c’est lui qui m’a fait venir ici.

Sur un terrain, tu te donnais à fond mais tu étais une véritable teigne et dans la vie, tu es un mec hyper-gentil, hyper-cool… Comment expliques-tu ça ?

Oh ben écoute, sur un terrain, j’étais hyper-cool aussi mais je ne me laissais pas faire. Dans la vie, c’est pareil. Quand quelque chose me déplaît, je suis le premier à le signaler. Mais je suis un homme de l’ombre, comme on dit. Je ne suis pas nécessairement attiré par la lumière. Car c’est quelque chose qui me fait peur.

Sur un terrain, tu étais quand même quelqu’un d’assez hargneux, qui voulait arriver à son but…

Déterminé, ça oui ! Mais dans la vie, je suis déterminé aussi. Mais ça, on ne le voit pas nécessairement. (Rires).

Sinon, ta femme porte la burka ?

Euhhh…J’aurais voulu ! (rires intenses).

Super ! Mort de rire !

J’ai quand même relevé un truc terrible, en cherchant des infos sur toi : Tu as refusé d’aller chercher le soulier d’or provincial en 2000 ?

Oh oui ! Evidemment ! Parce que j’étais crevé. C’était un vendredi où vraiment j’étais fatigué et comme chaque année le soulier d’or était attribué à un attaquant, je me suis dit que si c’était pour faire de la figuration, je n’irais pas ! Si j’avais été en forme, j’y serais allé pour d’abord retrouver des potes et tout ça quoi. Mais là, je ne me sentais pas d’attaque. On m’a quand même fait comprendre que je devais y aller et j’y suis allé avec mon ami Benoît Dupont, qui a été LE fidèle kiné sous divers entraîneurs. J’aimerais lui rendre hommage car je pense qu’on ne l’a jamais assez remercié. « Salut Benoît, tu as fait vraiment du bon boulot pour les Verts ! »

Ton prénom signifie serviteur de Dieu… Imagine que tu doives changer de prénom et tu as le choix entre trois autres : -Jésus – Mohamed – Désiré. Tu choisis lequel ?

Oh Jésus, ce ne sera pas trop difficile. Pour les musulmans, c’est un prophète, donc cela ne me dérangerait absolument pas. Abdel-Jésus, pourquoi pas…(rires). Mais tu sais, si je portais le prénom d’un dieu d’amour, de tolérance et de respect, ce serait pour ma part un grand plaisir.

Tu es, si je ne me trompe, assistant social ou éducateur… Moi, au vu de ta biographie, de ton parcours de vie, cela ne m’étonne pas du tout. Comment es-tu arrivé à faire ce job ?

Je n’avais pas trop le choix. Je devais faire quelque chose que j’aimais bien faire.

Elabar Zanini Panini style

Oh ben ça, c’est chouette ! Je connais beaucoup de jeunes qui aimeraient être dans ton cas.

J’ai essayé un peu la finance avant, on va dire. Mais cela n’a pas fonctionné. Comme j’aime bien écouter les gens, parler avec eux, j’ai décidé de faire assistant social. J’avais hésité avec éducateur mais pour moi, éducateur, ce n’était pas trop sérieux. (rires). Je ne regrette absolument pas mon choix mais avec l’âge, l’expérience, je me rends compte que d’autres métiers doivent aussi être très gais.

Abdel, je vais te proposer des affirmations, tu dois me répondre par d’accord ou pas d’accord:
(NDLR : ici, Abdel a beaucoup nuancé ses réponses… 🙂 )

Une femme, c’est un paquet d’emmerdes !

Pas d’accord.

Virton est une équipe de barakis de kermesse.

Pas d’accord. (rires intenses)

La Gaume est la plus belle région de Belgique…

D’accord.

On devrait envoyer en Syrie tous les politiciens.

Pfffff, non pas tous.

Elabar FC BleidCostantini, ex-président de Bleid est un gros branleur.

Quelquefois !

T’es plutôt d’accord ou plutôt pas ?

Quelquefois ! (rires)

Abdel Elabar 01Les commentateurs de RTL-TVI sport sont des nazes.

Euh, des super-nazes. Tout à fait d’accord.

Le Maroc est le plus beau pays au monde.

Oui, un des plus beaux, d’accord.

Roter, ça fait du bien.

Oh ben ça soulage ! (rires)

Tout le monde devrait fumer un joint au moins une fois dans sa vie.

Pas d’accord car cela peut provoquer parfois des gros soucis de santé chez les gens.

On doit castrer les pédophiles.

…. Réflexion… Pourquoi y-a-t-il des pédophiles ?

D’accord ou pas d’accord ?

Pfff, c’est au pédophile lui-même de décider.

Filer ta carte Visa à ta femme, jamais de la vie ! Elle n’a qu’à bosser !

Euh ma femme a… D’accord ou pas d’accord ? D’accord. Attends, je suis d’accord de refiler ma carte à mon épouse hein ! (rires)

Quand on voit un flic, on lui fait un gros fuck !

Euh, ça dépend des flics. (rires)

Dire des gros mots, c’est mal !

Pas d’accord.

Pisser sur la planche des toilettes, c’est normal !

Il y a des accidents, oui. (rires intenses).

Tu t’en sors très bien !
Bosser, ça sert à rien ! De toute façon, il y a toujours la mutuelle !

Pas d’accord.

Le 69, c’est cool !

Très cool !

Les Skinheads sont tous des enfants de cœur.

Oui, d’accord. A la base, ils sont contre la société. Le souci, c’est que les gens ne connaissent rien, ce sont des incultes. (NDLR : Je n’ai absolument rien dit ! Abdel est le seul responsable… LOL). Les skins sont à la base, entre autre, du mouvement ska. (NDLR : Effectivement, le skinhead est d’abord un prolétaire contre le pouvoir en place. Né en 1960, apparenté au mouvement des « Mods »… Là, on touche à ce que j’aime ! ^^)

Ton patron est vraiment un sale con.

Pas d’accord.

Merci Abdel !

Abdel EL ABAR et Stéphane GRACZYK DOC FOOT VIRTON MONTEE (21-04-2001)

 

Epilogue :

Abdel El Abar. Dans une liste communiquée par Guy Blaise, son numéro figurait dans les premiers numéros. Et puis, j’avais vraiment envie de faire son interview aussi, à Abdel. Un joueur très apprécié par tous les supporters des Verts, dont votre serviteur.

Abdel, c’est une force tranquille. Quand vous parlez avec lui, vous sentez directement cette attention portée à l’autre. Et quand vous le regardez, vous savez qu’il vous écoute et qu’il veut entendre ce que vous voulez lui dire, lui proposer. Je ne l’avais jamais vu auparavant et je peux dire que le courant est immédiatement passé. Un gars très sympa, très attentif.

Un chouette moment, au Rustique, devant un Orval… Merci Jésus, euh… Abdel, pour ce moment !

Doc Jo

Crédits photos : 

  • © Jean-Pierre Laurent
  • ©Mathieu Golinvaux
  • © Etienne Joannes

Similar Articles

Soulier Vert 2016-2017

Soulier Vert 2016-2017 (0)

Rappelons que le trophée offert au vainqueur a été coulé en aluminium par Paul François d'Habay-la-Neuve. C'est de l'artisanat et

Read More

1 Comments

  1. 🕔 21:56, 01.septembre 2015

    simeon

    Un gars super bien.

    reply comment

Write a Comment

Laisser un commentaire