News

[So Lexcel] Un maire à Virton

7 Comments 📁 Actualité, So Lexcel 🕔01.avril 2015
[So Lexcel] Un maire à Virton

Abonnez-vous à notre newsletter

 

Un maire à Virton

culot caricature

Biographie :

  •  Né à Saint-Mard (un vrai gaumais donc, il en est plus que fier) le 1er février 1961
  • 3 frères et 1 sœur, le 3ème dans la fratrie
  • Etudes : primaires au Saint-Laurent puis secondaires au Saint-Jef et ensuite, le droit à Namur puis LLN et enfin le notariat à l’ULB.
  • Retour en 1988 à Virton, comme employé à l’Etude notariale paternelle.
  • Mariage en 1991
  • Reprise de l’Etude notariale en 1992.
  • 3 filles : Justine (1993) – Marion (1995) et Mazarine (1997)
  • Candidat pour la 1ère fois aux élections de 2012 sur la liste IC et se retrouve sans l’avoir imaginé … Bourgmestre.
  • Pâques 2015 : remise de son Etude notariale pour se consacrer à 100 % à SA Commune. (Au début de notre rencontre, je disais toujours que j’aurais pu oublier son prénom mais pas qu’il était Virtonnais ).
  • Supporter de l’Excelsior depuis toujours : de la promotion à ce jour
  • A fait partie du Comité du temps de José Allard (en même temps de Philippe Emond et son copain Pierre-Hugues Ponette) pendant deux ans.

Doc Jo : François, Bonjour. Si je suis ici, c’est pour réaliser une interview qui je l’espère va servir à tous les supporters de l’Excel. J’ai donc le plaisir de réaliser des interviews décalées pour le site des supporters. Tu auras néanmoins droit à un joker. Donc, à une question, tu pourras ne pas répondre. On pourra donc dire que le maire s’abstient !

François, quand on a affaire au maire de Virton, on pourrait se dire que l’on va se retrouver avec quelqu’un de terriblement sérieux, froid et distant mais c’est tout le contraire. Tu en penses quoi ?

François Culot : Ben écoute, je pense que si j’avais été froid et distant, je ne serais pas le maire de Virton, d’une certaine manière. Non, je ne suis pas froid et distant même en tant que notaire. Déjà la vieille image du notaire, c’était l’image d’un type qui était ventripotent et un peu chauve. Bon, chauve je le suis devenu mais ventripotent non. Je résiste. (Rires).  Mais l’image du notaire n’est plus celle que l’on avait il y a 30 ans.

Alors en tant que maire, je ne me prends pas non plus au sérieux car je n’ai jamais fait carrière là-dedans. Je suis arrivé en politique en 2012. J’essaie de rester le plus naturel possible et de ne pas me prendre au sérieux … Même quand j’ai RDV avec le Roi.

J’ai toujours dit aux gens que le jour où je ne les écouterai plus, ils devront me le rappeler car les politiciens ont cette tendance, après un certain temps, d’être sûrs qu’ils représentent la vérité et les avis de l’opposition sont toujours à refuser.

Je lisais encore ce matin un article où un conseiller de l’opposition recevait un refus face à toutes ses propositions lors d’un collège communal. Pour ma part, je mets un point d’honneur à accepter les idées de l’opposition si je considère que c’est valable. J’ai la chance, à Virton, d’avoir une opposition constructive.

Bien, bien, bien. François, tu préfères le titre de maire ou de bourgmestre ?

Ahaha ! A ton avis ?…

(En riant comme des fous) Maire !

C’est clair ! Sans la moindre hésitation. J’adore en fait car ce sont des particularités de chez nous. C’est dans la même lignée que la Marseillaise au Faubourg D’Arival. Mais cela n’a aucune connotation politique. C’est très rare les personnes qui ont été choquées parce que je prenais le titre de maire. Moi, je leur réponds que j’ai choisi maire car les flamands ne comprennent pas ce que cela veut dire. Je dis ça en rigolant mais cela fait partie intégrante de notre culture locale, nos originalités. Oui, Monsieur le maire sans hésiter ! Mon grand-père a été maire de Bleid, à Ethe, c’est aussi une Mairie…Donc pourquoi ne pourrait-on pas le faire ?

culot perruqueTu me parles de Bleid…Comment aurais-tu géré les altercations, en tant que maire, entre l’équipe de Bleid et Virton ?

Zen ! Dans le sens où il faut savoir gérer les conflits. J’ai une formation professionnelle qui me permet déjà de pouvoir gérer des conflits. Je ne suis pas sûr que j’aurais trouvé des solutions tout le temps, car il est vrai que certains avaient une personnalité très marquée dans les deux camps. Maintenant je connais Renato (Costantini) et je connais bien Philippe Emond. C’est clair qu’ils n’iront jamais en vacances ensemble. Maintenant, c’est différent quand on se retrouve au milieu. Maintenant il doit y avoir une rivalité. De la même façon qu’elle existe entre St Mard et Virton. Cela fait partie aussi de l’histoire locale. Chacun a ses particularités alors conservons-les.

D’accord, comment vois-tu l’aide que la commune peut apporter au club en sachant qu’il y a aussi un club d’athlétisme qui truste les premières places au niveau national belge ?

Il n’y a aucun problème ni difficulté. Les obligations de la ville sont les obligations liées aux infrastructures. Il est clair que les infras de l’Excel coûtent chères à la ville mais cela fait partie de notre job. On leur a mis à disposition un terrain et un stade. L’entretien et la réparation est à charge de la commune. Bon, ça peut parfois se discuter aussi, hein ! L’ACD n’a rien à craindre. Tu sais comme moi, et on s’est connus d’ailleurs là. La commune paie sa quote-part dans la nouvelle piste en Tartan. (700.000 euros je crois !) La ville doit prendre 12,5% et Rouvroy aussi. Mais ce club le mérite, il n’y a aucune discussion à ce sujet. Même si l’athlétisme est moins populaire que le football. Et pour des politiciens, il n’y a parfois pas photo. Donc je soutiendrai et l’Excel et l’ACD (et aussi mon ami Patrice et son tennis de table).

Pour en revenir à l’ACD et je ne dis pas ça parce que tu fais partie de la famille Joannes, le « clan Joannes » mérite un prix Nobel. Combien d’athlètes ont-ils sauvés sur 2 ou 3 générations? Des gamins qui n’auraient tourné à rien, en allant dans les bistrots, etc…Cet esprit d’arrachement de soi-même, d’être fier du maillot de l’ACD sans aucun sponsoring apparaissant. Et ils restent toujours dans la même lignée. Tu prêches donc à un convaincu !

Tu disais que l’on s’est connus à l’ACD et tout le monde connaît le « Bock », Pierre Joannes, un entraîneur très doué mais très truculent (Rires). Et tout le monde qui passe par l’ACD le connaît très bien ! On va donc imaginer que tu cherches à engager un clerc ou un collaborateur. Le Bock t’écrit une lettre de motivation et un cv, tu l’engages ou pas ?

(Rires engagés !)

Est-ce que je l’engage ou pas ? Oui, je l’aurais engagé sans hésiter !

Je vais tout lui dire alors méfie-toi ! (Rires)

culot roiEt je lui aurais donné un salaire. Et s’il savait maintenant le salaire que je lui aurais donné, il en baverait ! Il a raté une très grande carrière (Rires). Mais s’il ne s’est pas présenté chez moi, car j’ai engagé plusieurs clercs, c’est sa faute. Il n’a qu’à s’en prendre qu’à lui-même. (Rires) C’est juste dû à son sale caractère mais il n’aurait jamais voulu aller travailler chez un bourgeois ! (Rires)

Tout à fait, tout à fait ! (Rires) Le Bock et ses célèbres répliques ! On ne va pas les citer ici mais on devrait en faire un livre !

Quels sont les meilleurs souvenirs que tu as de l’équipe de Virton ?

Je ne vais pas te dire la montée car c’est un classique. Le plus beau moment que j’ai moi en tête, c’est quand j’étais dans le comité. J’ai été deux ans dans le comité, parce que José Allard est venu me chercher et surtout mon copain Pierre-Hugues Ponette. Et on m’a proposé ainsi qu’à Philippe Emond de rentrer dans le comité. C’était en 2001, si je me souviens bien. J’ai énormément appris durant ces deux ans. J’ai tiré ma révérence après deux ans car il y avait des tensions entre certains membres. Et j’ai beaucoup aimé de voir et comprendre comment les décisions étaient prises. J’ai un souvenir qui m’a marqué, qui n’est ni sportif ni politique.

Nous avons été reçus au club d’Alost qui n’était pas encore en D1 et il y avait des panneaux publicitaires partout. J’étais chargé du recrutement des sponsors, de vendre les panneaux. J’ai demandé au responsable comment il faisait…Comment faites-vous pour en avoir autant ? Simple, on demande 20000 francs mais on les facture à 40000 francs (belges à l’époque). Oui mais vous n’avez que 20000 en poche et quand vous avez un contrôle fiscal alors ? Donc, il avait plus de factures à payer que d’argent en caisse. Mais le contrôleur ne dit rien car c’est bon pour la Flandre ! Texto !…Je ne te parle donc pas de ce qui se passerait chez nous !

Sinon, Sylvia (l’épouse de François) est originaire de Mons et nous allions voir Mons, les Francs-Borains,… De très bons souvenirs.

Mons et le Doudou

Oui, ça c’est inoubliable. Une ferveur incroyable… Ils sont tous cinglés durant cette fête. J’espère juste que Sylvia ne lira pas cette interview.

Et donc tu n’as jamais joué au foot ?

Si ! J’ai joué au foot et à Virton. J’avais une bonne condition physique mais je n’étais pas très doué. J’ai joué un peu partout. J’ai compris que j’étais pas bon quand on m’a proposé de devenir gardien…(Rires) (Désolé Michel (Mullens))

escartefigue 01-001Quels sont tes passions et tes hobbys, tu milites pour une cause ?

Ben, je ne l’ai jamais caché. Quand je me suis mis sur les listes, c’était bien en me disant qu’après le notariat, je testerais si la politique m’intéresse. Avoir un mandat me permettait de voir si la politique m’intéresse. Si ça marchait pas … l’optais pour de l’humanitaire en Afrique. Maintenant, cela a tellement bien marché que je vais me donner à 100% à la commune. Pour la suite, les gens décideront .unnamed

J’ai fait une promesse à Jacky Antoine, le copain d’Escartefigue car c’est lui qui m’a donné l’idée de l’humanitaire en Afrique. J’adorais cet homme, il me faisait rigoler dans le stade, leur rubrique dans le Publivire était terrible ! Et quand il est tombé malade, je lui ai rendu visite et j’ai découvert un homme extraordinaire ! Tu dois le dire dans ton interview ! Ce mec avait fait un doctorat, il était d’une intelligence terrible…Et on parlait de l’Afrique : il faut créer et soutenir des écoles là-bas ! L’école est la colonne vertébrale de la société. Donc, j’ai toujours dit que j’irai créer une école en Afrique que j’appellerai « école Jacky Antoine ».

Très bien ! Quelle est la plus grosse bêtise que tu as faite ?

Tu la connais ? (Rires)

Non…(Rires)

Tu es trop jeune, c’était en 1979. Je n’avais pas encore mon permis de voiture mais je roulais déjà en voiture. Et un soir du 21 juillet, j’avais pris la voiture et je roulais un peu trop vite. On fêtait le roi ! (Rires) Et j’ai eu un grave accident à la pompe Fina (devenue Total) en allant vers Dampicourt. Où d’ailleurs j’ai été considéré comme mort. Une collision frontale dans une Mini de l’époque…Mais je peux être fier car c’est la Volvo que j’ai emboutie frontalement qui a reculé… (Rires) Et cela vient de là que je profite bien de la vie maintenant ! Le médecin m’a sorti de la voiture en annonçant que j’étais mort. Mais une copine qui me suivait a appelé son père, médecin aussi. Il est arrivé et à deux, ils ont réussi à me « faire revenir »…Je me souviens que j’ai senti le choc puis que je m’endormais, en me disant qu’il faudrait que je répare la voiture pour le lendemain. C’est à cause de cet accident que je me suis dit que je devais en profiter ! Et je pense aussi encore une fois à Jacky…Tiens, regarde j’ai sa photo ici et j’ai son bouquin aussi…Un bouquin génial.

Moi, j’aime bien la photo du « Che » que tu as là…

ernesto-che-guevara-92-cafeAh oui ! Tu sais j’ai été très à gauche à un moment de ma vie. Un peu interpellant dans un bureau de notaire…mais bon, j’aime bien. C’est quand Sylvia et moi avons été faire le marathon à Cuba que je l’ai ramenée. On a d’ailleurs donné nos chaussures à un gars et une fille. Ils ont fait tout le marathon à pieds nus avec nous. Leur objectif était d’avoir nos chaussures ! J’aime bien cette photo car là il a un côté humain et il boit sa petite tasse de café. Il a un regard intelligent, un regard de renard !

Tu parlais d’en profiter…Tu viens d’acheter une maison en viager à ta voisine. Et ce matin, elle vient encore te voir pour la 30e fois car son chat est encore coincé dans un arbre et n’arrive pas à en descendre. Tu as deux objets à ta disposition : un fusil et une échelle. Lequel prends-tu et pourquoi ?

Bon, oui, de fait ! (Rires)… je n’en prends aucun ! Je ne vais pas prendre un fusil pour un chat.

Non, moi je pensais à la voisine !

Euhh…C’est un peu interpellant ! Répète un peu la question avec la voisine ? Oui, ok, donc, je ne prendrai rien et surtout pas l’échelle car dans le temps, je vidais mes corniches moi-même et je suis tombé ! J’ai eu beaucoup de chance. Et pas le fusil car c’est contre mes principes. Et vis-à-vis du chat, je ferais comme avec mes gosses : qu’il se démerde !

J’ai une dernière question, maintenant. L’euthanasie, pour ou contre ?

Ah moi, je suis pour !

Et si c’était ta belle-mère ?

(Rires intenses !) Ben pour elle, je suis pour l’euthanasie mais malheureusement elle est en bonne santé. Ça non plus, tu ne lui diras pas hein !

Non, promis…Tu as le numéro de Sylvia au fait ? … rires … Un grand merci François pour cette interview !

Epilogue :

Il n’est pas toujours simple d’avoir un rendez-vous avec François, tellement son emploi du temps est chargé…Mais nous y sommes arrivés ! Mais évidemment, je ne compte pas le premier rendez-vous que nous avions et qu’il avait complètement zappé…Heureusement que son épouse Sylvia lui a rappelé alors que j’étais en route…Ce qui nous a permis de changer en dernière minute… S’en suivirent de nombreux mails car François voulait faire ça dans les règles de l’art ! Me voilà flatté tout à coup !

Ceci dit, nous avions rendez-vous un samedi 13h00 à son domicile privé. J’arrive donc à son domicile, en plein dîner de la famille ! Une de ses filles vient m’ouvrir et m’annonce que son père n’est pas là…Diantre ! Non seulement j’arrivais en plein repas familial mais en plus il était absent…

Mais heureusement que Sylvia vint à ma rescousse en m’annonçant qu’il m’attendait à son bureau ! Ouf, nous allions pouvoir enfin faire cette interview ! Et vous venez de la découvrir, à l’instant où vous lisez ces lignes ! …Ce fut un chouette moment convivial où parfois s’est même installée une certaine émotion…

J’ai en tout cas la chance, pour l’instant, de toujours tomber, pour mes interviews, sur des gens extrêmement tranquilles et qui ne se prennent absolument pas au sérieux…Car sans cela, je crois que je serais déjà rentré « la queue entre les jambes » ! Pourvu que cela dure !

Doc Jo

Similar Articles

Soulier Vert 2016-2017

Soulier Vert 2016-2017 (0)

Rappelons que le trophée offert au vainqueur a été coulé en aluminium par Paul François d'Habay-la-Neuve. C'est de l'artisanat et

Read More

7 Comments

  1. 🕔 19:48, 01.avril 2015

    SamuelB

    Sympa l’interview de M. le maire! Quand il a été élu (j’ai habité la commune de Virton de 2012 à 2014), j’ai tout de suite pensé en lisant des interviews ou en le voyant une fois sur TV Lux que ce gars là ne se prenait pas au sérieux! Pourvu que le monde politique ne le change pas!!!

    reply comment
  2. 🕔 19:48, 01.avril 2015

    SamuelB

    Sympa l’interview de M. le maire! Quand il a été élu (j’ai habité la commune de Virton de 2012 à 2014), j’ai tout de suite pensé en lisant des interviews ou en le voyant une fois sur TV Lux que ce gars là ne se prenait pas au sérieux! Pourvu que le monde politique ne le change pas!!!

    reply comment
  3. 🕔 20:33, 01.avril 2015

    Doc Jo

    Merci! … 🙂

    reply comment
  4. 🕔 21:25, 01.avril 2015

    Michel M

    Cher François, qu’as-tu voulu dire par ‘désolé Michel Mullens’?…n’oublie pas qu’après ma carrière de gardien à Virton et vu que je ne voulais pas aller jouer ailleurs, je plantais des dizaines de but par saison avec la réserve régionale…LOL!

    reply comment
  5. 🕔 22:44, 01.avril 2015

    quadra

    un peu qu’on se souvient de ton accidnent un Dimanche matin si mes souvenirs sont exacts…on a vraiment eu peur pour toi…Tu as eu beaucoup de chance de t’en sortir.
    Ph Fontaine

    reply comment
    • 🕔 7:10, 02.avril 2015

      Doc Jo

      ….Et quand il m’a narré tout ça, il l’a fait avec un recul terrible… Presque heureux! j’ai trouvé ça fabuleux…Une fameuse leçon de vie!

      reply comment

Write a Comment

Laisser un commentaire