News

[So Lexcel] Une pierre angulaire du bénévolat

1 Comment 📁 Actualité, So Lexcel 🕔09.juin 2015
[So Lexcel] Une pierre angulaire du bénévolat

José Pierre : Une pierre angulaire du bénévolat virtonais

Voici la dernière interview pour cette saison…Oui, je sais, vous pleurez déjà et vous m’écrivez peut-être déjà que cela va vous manquer, que c’est mal écrit mais que vous avez bien rigolé. Que mes questions vont vous manquer, que sans Doc Jo, plus rien ne sera comme avant…Et j’en passe…Oui, je sais ! …

Mais ne vous inquiétez pas, je vais commencer à préparer la prochaine saison ! J’ai déjà quelques cibles potentielles donc vous relirez Doc Jo ! 

José Pierre…Un bénévole de longue date, de très longue date puisqu’il fait partie des plus anciens. Il m’a d’ailleurs relaté pas mal d’anecdotes, que j’ai remises ici, dans l’épilogue…

José, tu es le plus ancien des bénévoles de Virton, si je ne me trompe…Parle-moi un peu de ton parcours de vie, de ta naissance à maintenant…

Euhhh oui, je suis né en 1948 à la création d’Israël, si je ne me trompe. Enfin, si je me souviens bien. J’ai commencé à jouer au football à Bellefontaine à 12 ans, en cadet. Ensuite, me suis retrouvé à Florenville (junior), je suis revenu sur Chiny et je suis reparti pour Florenville à 17 ans. En 1970, quand je me suis marié, je suis venu jouer à Virton. C’était l’année du cinquantième anniversaire du club.

Alors que Virton est en promotion, c’est bien ça ?

En promotion et c’est l’année où nous sommes descendus. Mais il faut dire aussi que l’on n’était pas bon du tout, à l’époque (rires). En 1970, j’habitais en face du terrain de football et une fois, j’ai pris mes pots de couleur et mes pinceaux et j’ai commencé à repeindre les barrières. C’est comme ça que ça a démarré.

Oui, mais ça c’est une version un peu romancée de ton arrivée, façon prince et princesse… Comment as-tu fait réellement ?

Ben écoute, je me suis présenté à L’Abbé Leduc et le Raymond Charlier (le poulet qu’on l’appelait). Ils m’ont demandé un jour de donner un petit coup de main et, de fil en aiguille, ma foi, ça s’est fait comme ça.

Tiens, tu es plutôt royaliste ou républicain ?

Royaliste.

Pourquoi ?

Ben je ne fais pas tellement confiance aux politiciens.

La montée de l’extrême-droite en France et la présence de la NVA dans le gouvernement fédéral belge, cela t’inspire quoi ?

Les gens ont voté NV-A, la plupart des flamands ont aussi voté NV-A. Cela me dérange un peu, ma foi, mais c’est une majorité de flamands qui a décidé comme ça. Pour les Français, laissons-les où ils sont.

Tu participerais, toi, au dernier concept de télé-réalité : vivre comme un réfugié dans un camp ?

Vivre comme un réfugié…

Dans un camp de réfugié, oui.

Haha… (Temps de réflexion) Qu’est-ce que je ferais là-dedans ?

Oui, c’est justement ce que je te demande (rires engagés)

J’essaierais de filer quand même, va. Je crois que je ne tiendrais pas longtemps.

Donc, tu ne jouerais pas le jeu !

Oh non, non.

D’accord… On te voit souvent intervenir dans la tribune derrière les goals, une brosse à chiottes entre les mains, pour que les supporters chantent encore plus fort…La brosse à chiottes, élément indispensable à la buvette ?

(Rires) Comment ce que tu sais ça toi ? (Rires)

Je t’ai déjà vu plusieurs fois et heureusement qu’elle était sèche…(Rires)

Ben, pas tellement, (en rigolant)…Moi, je m’en sers pendant le match et puis les gens se démerdent comme ils peuvent hein ! (rires)

José, ta femme te demande un soir un bon resto car vous devez fêter un important moment de votre vie de couple mais Virton joue ce soir-là THE match à ne pas rater, pour monter en D1 par exemple, que choisis-tu ?

Je ne vais pas au resto ! (fous rires). Non, non, je ne vais pas au resto. Et je rentre même tard, voire très tard… (Là, je ne savais plus parler tellement je riais). Mais je demande à mon fils ou à ma fille de me conduire, de toutes façons. Pour moi, pas de problème !

josé pierre 02Un de tes petits-fils ou fille vient un soir, tout penaud, et en privé te dit qu’il est ou qu’elle est homosexuel(le)…Quelle sera ta réaction ?

Au départ, je ne le croirais pas ! Mais enfin, ce serait comme ça de toute façon. Je ne me tracasserais pas trop avec ça de toute façon.

J’ai joué avec ton fils, Olivier, en minime, cadet et scolaire provinciaux à l’époque (avant de tomber sur un entraîneur pénible…), où nous étions champions chaque année ou presque, dans une équipe juste en-dessous des pointures de l’époque comme Jean-Charles Nothelier, Vincent Bailleux, Alain Kabolé, … as-tu espéré un jour voir Olivier percer à Virton ?

Non. Non, pas du tout. Il avait trop difficile dans ses études et j’ai vite compris qu’il valait mieux aller vers les études. Comme il devait étudier beaucoup, le football est passé après. S’il avait été une grande vedette, on l’aurait vu de suite.

Tu as connu mai 68 et si je te dis que c’est à cause des gens de cette génération qui en ont bien profité que le problème du paiement de nos futures pensions pose actuellement problème, tu es d’accord avec cette affirmation ?

Bon, ce qui se passe maintenant, c’est que tu as beaucoup plus de chômeurs qu’en 68. Donc, ce sont tous des gens qui ne cotisent pas. Bon, alors dans ce cas-là, je ne serais pas trop d’accord avec toi.

Tu ne penses pas que les gens de mai 68 en ont quand même bien profité ?

Non, je ne suis pas d’accord. A l’époque, on bossait facilement 10h00 par jour et je travaillais 6 jours d’affilée à la Cellulose (Burgo Ardennes pour les jeunes !). Maintenant, c’est 36/37 heures par semaine? Nous, c’était 48h00… Ton père a aussi fait pareil que moi, hein, on bossait dans la même usine.

Michèle Martin est recueillie par un ancien juge dans sa demeure, quel est ton sentiment profond par rapport à ce fait ? Toi qui es grand-père de plusieurs petits-enfants.

Mon sentiment profond ? C’est la loi « Lejeune » ça. Elle a payé sa dette. Les politiciens n’avaient qu’à faire passer d’autres lois. Un juge veut bien l’héberger donc, c’est bien la preuve de l’application de cette loi, quelque part.

Suivant les résultats de Virton, peux-tu prédire le fait qu’un mari va rentrer complètement bourré chez lui, après être passé dans ta buvette ?

Oui, oh, il y en a plus qu’un !(Rires)….Tu verrais comme certains « en dégringolent »…

Et c’est seulement lors d’une victoire ou n’importe quand ?

N’importe quand. Il y en a qui ne regardent même pas le match. Mais par contre, ils restent longtemps après pour écouter ce qui se dit et ainsi ils peuvent faire le résumé à leur femme.

Les femmes préfèrent que Virton perde, donc ?

Non, non, non. Il y a beaucoup de femmes au terrain de foot. Et de plus en plus. Certaines sont même bien acharnées.

Une dernière question maintenant : On te propose de changer de sexe et pour ce faire, on te propose une prime de 40 millions d’euros, tu passes à l’acte ?

Je ne change pas !

Même pas pour 40 millions ?

Non, non, rien à faire, rien à faire…

Merci José !

Epilogue

L’interview de José, je l’attendais aussi celle-là…Et puis cela m’a fait plaisir de l’interviewer, comme tous les autres interviewés d’ailleurs (Ouf, je m’en sors bien !)… José est un gaumais, un vrai ! Amoureux de sa région, de l’histoire de sa région, il lit également beaucoup de livres historiques.
José m’a livré un paquet d’anecdotes que voici :

  • A l’époque, le 4e terrain du Congo a été créé avec des décombres et des camions de terre que l’on étendait à la main. Des dizaines de camions sont venus d’ailleurs, c’était vraiment un travail de fou.
  • On tondait les pelouses avec une petite tondeuse aussi : plus de 10 km avec une tondeuse de jardin…
  • Chaque année, on repassait en blanc les barrières en bois pour ne pas qu’elles pourrissent.
  • Le premier drain du terrain A, à l’époque, avait été fait avec des fagots de bois !
  • Un des premiers sponsors de Virton fut « Drapier. »
  • Un jour, alors que l’on avait beaucoup de blessés dans l’équipe, on avait été verser une série impressionnante de seaux d’eau sur le terrain. On savait qu’il allait geler la nuit. Le lendemain, le match a été remis.
  • On était une chouette équipe à l’époque : Denis Pierrot, Edouard Gerbeau, Raymond Charle, la famille Dokir aussi !
  • Tu sais que la buvette le long de la route a été construite à la main aussi

Voilà l’anecdote que je préfère :

« J’étais délégué à l’époque et chaque année, en juillet, je n’avais plus de congés à prendre. Pour la simple et bonne raison, qu’après chaque match, on se faisait une joie et un plaisir de bien recevoir les dirigeants adverses. Donc, on les invitait dans les bistrots du coin et au « Clos de la Zolette ». Bien souvent, on rentrait complètement bourrés. Donc impossible d’aller travailler le lendemain. Et on prenait congé le lendemain donc…
Puis un jour, ma femme a gueulé…On ne savait pas partir en vacances durant les mois d’été. Alors j’ai arrêté« .

Similar Articles

Soulier Vert 2016-2017

Soulier Vert 2016-2017 (0)

Rappelons que le trophée offert au vainqueur a été coulé en aluminium par Paul François d'Habay-la-Neuve. C'est de l'artisanat et

Read More

1 Comments

  1. 🕔 6:22, 10.juin 2015

    philippe fontaine

    Bien Jose t’es toujours comme avant …le meme …t’as pas change.
    Quadra..PHF

    reply comment

Write a Comment

Laisser un commentaire